Formulaire de vote

Budget participatif   Règlement

À la question : Que feriez-vous avec 50 000 $ pour améliorer l’environnement ? 5 projets ont franchi avec succès toutes les étapes.

C’est maintenant au tour des Granbyennes et des Granbyens de voter pour le ou les projets qu’ils aimeraient voir se concrétiser.

Vous avez jusqu’au 17 septembre inclusivement pour voter. Vous pouvez voter pour plus d’un projet selon vos préférences. Le ou les projets ayant reçu le plus grand nombre de votes seront réalisés jusqu’à concurrence d’un montant de 50 000 dollars.

Le dévoilement aura lieu le 4 octobre prochain. Le ou les projets seront réalisés au cours de l’année 2022.

 

Fill out my online form.

Voici une brève description de chacun des projets :

Borne de stationnement sécuritaire pour vélos avec option de recharge pour 2 vélos électriques

Porteuse de projet : Danielle Paquette

Le projet consiste à installer une borne de stationnement sécuritaire pour vélos offrant une option de recharge pour vélos électriques, comme celle développée par l’entreprise Vélovoûte qui propose un stationnement sécurisé pour les vélos, un casier sécuritaire pour les effets personnels ainsi que la possibilité de recharger simultanément deux vélos électriques.

Chaque station permet de cadenasser jusqu’à quatre vélos électriques ou standards en toute sécurité.

Avantages projetés 

  • Favoriser le transport actif.
  • Améliorer la vitalité du centre-ville.
  • Diminuer la congestion routière et amélioration des déplacements motorisés.
  • Favoriser de la diminution des émissions de gaz à effet de serre.
  • Améliorer la qualité de vie urbaine et de l’attraction des zones commerciales.

Site proposé : 

  • Place Saint-Georges.

Estimation des coûts : 15 000 $

Site Internet Vélovoute à consulter.

Borne de recharge pour vélo électrique

Plateformes de nidification pour oiseaux rapaces

Porteur de projet : Patrick Parent

Le projet consiste à installer trois structures d’un diamètre de 1 m x 1 m par 13 m de hauteur favorisant la nidification et l'observation de deux espèces d’oiseaux rapaces aux abords du lac Boivin, soit le Balbuzard pêcheur et le Pygargue à tête blanche. Ce dernier est d’ailleurs une espèce considérée comme vulnérable au Québec. 

Avantage projeté : 

  • Favoriser les activités de nidification du Balbuzard pêcheur et du Pygargue à tête blanche.

Sites proposés : 

  • Plateforme de nidification n°1 : aux abords du sentier « La randonnée » au centre d’interprétation de la nature du lac Boivin.
  • Plateforme de nidification n°2 : Près de la rue de l’Estrie au centre d’interprétation de la nature du lac Boivin.
  • Plateforme de nidification n°3 : Réservoir Lemieux.

Estimation des coûts : 9 000 $

Aménagement d'un verger d'arbres indigènes

Porteur de projet : Normand Fleury

Le projet consiste à naturaliser l’arrière du pavillon d’accueil du centre d’interprétation de la nature du lac Boivin. Le nouvel aménagement favoriserait la présence des oiseaux et des insectes pollinisateurs par l’ajout d’arbres et d’arbustes fruitiers indigènes au Québec. Un sentier permettrait également aux visiteurs de découvrir les végétaux. De plus, l’implantation d’arbres fruitiers favoriserait une compétition avec le nerprun, ce qui procurerait un contrôle naturel des plantes exotiques envahissantes. Aucun pesticide ne serait utilisé pour leur entretien.

Avantages projetés : 

  • Augmenter la biodiversité. 
  • Sensibiliser les citoyennes et les citoyens.
  • Naturaliser un espace gazonné.
  • Améliorer l’habitat de l'avifaune et des pollinisateurs.

Site proposé :

À l’arrière du pavillon situé au centre d’interprétation de la nature du lac Boivin où se trouvent une section gazonnée et une vieille souche. Installation le long du bâtiment. Max. : 700 mètres carrés.

Estimation des coûts : 15 000 $

Forêt nourricière et communautaire

Porteur de projet : Mirabelle Kelly et Richard Dubé

Le projet consiste en l’aménagement d’une forêt nourricière et communautaire inspirée du concept « Tiny forests » développé par le biologiste japonais Akira Miyawaki. Cette méthode de plantation dense et multiétagée gagne en popularité à travers le monde en tant qu’outil de restauration des milieux naturels localisés en zone urbaine, car elle permet d’accélérer l’implantation de forêts sur une petite surface. La forêt sera constituée de trois strates de végétation formées de végétaux indigènes (strate herbacée (-1 m), strate arbustive (de 1 à 10 m), strate arborée (+ de 10 m)). Le projet comprend également l’installation de quelques nichoirs pour attirer les oiseaux.

Avantages projetés : 

  • Créer un îlot de fraîcheur, fixateur de carbone et favorisant la biodiversité. 
  • Sensibiliser la population à la création de mini-forêts sur des terrains résidentiels, commerciaux, privés ou publics.
  • Augmenter le pourcentage de naturalisation du territoire de la ville.
  • Sensibiliser la population aux saines habitudes de vie et à la consommation d'aliments sains produits localement.
  • Produire des denrées alimentaires (fruits et légumes) disponibles pour la population.
  • Revaloriser des espaces mal exploités.
  • Projet-pilote réalisé à titre de laboratoire pour promouvoir le concept de forêt nourricière et communautaire auprès de la population.
  • Encourager l'implication citoyenne et des relations intergénérationnelles.

Sites proposés : 

  • Terrain gazonné non utilisé, parc, champ ou terrain mal exploité dans le parc industriel d'une grandeur approximative de 4 000 mètres carrés. Idéalement à proximité d’une école. 

Estimation des coûts : 25 000 $

Granby ville-soleil : plantation de tournesols et topinambours

Porteur de projet : Marc Fournier

Le projet consiste à faire la promotion des plantes tournesols et topinambours, dites « plantes soleil », et celle d’autres plantes du même type (hélianthe) en les plantant notamment le long des pistes cyclables. Le projet permettrait également la récolte des graines et des tubercules pour l’alimentation humaine et animale.

Avantages projetés : 

  • Pour le plaisir des yeux des cyclistes et des marcheurs déambulant sur les pistes cyclables.
  • Nourriture pour les oiseaux et d’autres animaux.

Sites proposés : 

  • Côté ouest des stations de traitement d’eau potable A, B et C, le long de la piste cyclable.
  • À l’arrière des stations de traitement d’eau potable A, B et C
  • Sur une portion du parc Edmond-Leduc situé sur la rue Saint-Michel.

Estimation des coûts : 8 000 $